dimanche 8 mai 2011

Les SCYTHES

Depuis plus d'un quart de siècle la mise en perspective de trouvailles faites au nord de la mer noire, dans les steppes du Dniepr, en Sibérie, dans le Caucase, en Asie central a mis en évidence l'existence d'un art scytho-sibérien.

Les archéologues ont ainsi établis l'existence d'une civilisation des nomades antiques s'étendant des marches de la civilisation grecque au cœur du continent asiatique à l'aube du Ier millénaire avant notre ère. Cette civilisation aurait duré environ 800 ou mille ans.

Cette société diversifiée et pluri-ethnique disposait d'une cavalerie parfaitement capable d'effectuer des raids dans les états de l'Asie antérieure. Eux-mêmes s’appelaient Skudat, c’est à dire « archers ».Leur avancée vers l'ouest est jalonnée par par des « pierres à cerf » de divers types depuis la Mongolie jusqu'à la mer noire.

Le caractère complexe et progressif de ces migrations durant lesquelles certains traits culturels originels se perdent tandis que d'autres s'acquièrent ne fait aucun doute. La compréhension des phénomènes ethniques et culturels complexes qui se sont produits au sein d'un milieu particulièrement évolutif n'est pas encore acquise.

En effet pour la plupart des spécialistes, la culture des Scythes est issue de celle d'Andronovo. La culture d'Andronovo, du nom d'une nécropole située sur l'Inissei s'est développe au II millénaire AVJC, au Kazakhstan et en Sibérie méridionale, allant de l'Oural à l'ouest, au lac Baïkal à l'est, et jusqu'au Syr-Daria au sud. Elle disposait du char de guerre à deux roues, tiré par deux chevaux.

Les tombeaux des Scythes sont des tumulus (appelés kourganes par les Russes) qui peuvent atteindre une taille monumentale. Les tumulus de la culture d'Andronovo vont de six à vingt mètres de diamètre. Les différences de taille reflètent des différences de statut social : les plus grands tumulus sont ceux des rois. De grands kourganes, de 100 à 200 mètres de diamètre et d'une hauteur atteignant les 17 mètres, parsèment également l'Altaï. Les plafonds de leurs chambres funéraires s'étant effondrés, elles se sont remplies d'une eau qui a ensuite gelée, permettant une excellente préservation de leur contenu. On y a trouvé des objets en cuir et en bois, des tentures de feutre, des tapis et des coussins rembourrés de poils d'animaux ou d'herbe, qui contribuaient au confort des nomades.

Au XVIIe siècle un linguiste pressent l'existence d'une ancienne langue commune aux langues grecque, latine, perse, germaniques, slaves, celtes et baltes, qu'il baptise du nom de « scythique ». En 1813, apparait le terme de « langues indo-européennes » pour regrouper ces langues.

Les langues indo-européennes forment une famille de langues ayant une origine commune. Elles regroupent environ un millier de langues, parlées actuellement par trois milliards d’individus.

Pour en savoir plus:

Memo: http://www.memo.fr/

http://miltiade.pagesperso-orange.fr/scythes.htm

http://www.cliolamuse.com/spip.php?rubrique28

Aucun commentaire:

Publier un commentaire