mercredi 7 décembre 2011

Souvenirs:Normandie Niemen

 

J'ai rapporté lors de mon étape à ISHIM l'accueil enthousiaste d'un habitant qui avait en mémoire la présence sur le sol Russe d'une escadrille Française durant la grande guerre.

Le 22 juin 1941, les Allemands déclenchent l'opération Barbarossa. l'Allemagne, la Roumanie, la Hongrie et la Slovaquie déclarent la guerre à l'Union Soviétique. La Wehrmacht progresse rapidement en Union soviétique, en appliquant les tactiques de la blitzkrieg, la guerre éclair. Le plan est de vaincre l'armée soviétique en moins de trois mois et d'occuper Moscou. Durant les premières semaines de l'invasion, les troupes allemandes remportent une série de victoires .

L'arrivée de l'hiver et la résistance acharnées des troupes soviétiques parvinrent à contenir cette offensive et à la transformer en guerre d'usure qui se prolongea jusqu'au mois de mars 1942 .

C'est dans ce contexte que le général de Gaulle qui considérait nécessaire la présence de troupes françaises sur tous les théâtres d'opération rend visite aux pilotes de la base de Rayak au Liban et le groupe de Chasse N°3 Normandie (le futur Normandie-Niémen) y voit le jour le mois suivant.

Normandie Niemen F-Azly_CSC0393En novembre 1942, les premiers pilotes et mécaniciens partent du Liban pour l'Union soviétique qu'ils atteignent après un périple de plus de quinze jours via l'Iran et l'Irak. La première base se trouve à Ivanovo, à 250 kilomètres au nord-est de Moscou. Là, les Français vont percevoir des avions russes et leur préférence se portera sur le chasseur monoplace Yak 1.(du nom de son concepteur l'ingénieur Alexander S.Yakovlev) Ci-contre Le F-AZLY est un Yack 3UA reconstruit en 2000

Les soviétiques pensaient que les pilotes Français préfèreraient des appareils américains ou anglais dont ils disposaient,les pilotes auraient donc pu porter leur choix, sur les P39, P40, Spitfire, Hurricane ou bien sur les autres appareils russes disponibles comme les Mig 3 ou les La3.

Le choix d'un appareil russe est en soi de bonne politique, mais le choix du Yak est raisonné car a cette période il était sans conteste ce que les soviétiques pouvaient proposer de meilleur.

Les conditions climatiques sont très dures.Les températures varient entre -25° et -30°. L'entrainement des 58 Français, pilotes et mécaniciens se prolonge jusqu'au mois de mars 1943. Le 22 mars 1943, l'unité s'envole avec ses 14 Yak pour s'installer à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Moscou, sur la base de Polotniane Zavod.

L'aviation opère très près des premières lignes, pour une plus grande efficacité, en l'absence de tout moyen de contrôle radio et radar.Le 1er septembre 1943, le Groupe totalise déjà 42 victoires homologuées.

Du 17 juillet 1942 au 2 février 1943,se déroule la bataille de Stalingrad aujourd'hui Volgograd, qui se terminera par la reddition des troupes allemandes. Avec la bataille de Moscou, en décembre 1941, et la bataille de Koursk, en juillet 1943, elle constitue l'une des grandes défaites de l'armée allemande et est considérée comme un tournant stratégique majeur de la Seconde Guerre mondiale.

C'est dans ce contexte que le groupe fut engagé à partir du printemps 1943, dans la 1ère armée aérienne soviétique, et s'illustra notamment dans la bataille de Koursk-Orel au cours du mois de juillet.

Le 27 novembre 1944, "Normandie" a le privilège d'être la première unité française à stationner sur le sol allemand. Auparavant, par ordre de Staline, l'unité a reçu le titre de "Régiment du Niémen" pour sa participation aux combats sur le fleuve Niemen. A compter du 21 juillet 1944,"Normandie" portera fièrement l'appellation de "Régiment Normandie-Niémen". Le 9 décembre, le général de Gaulle accueille à Moscou tous les pilotes du "Normandie-Niémen" qui reçoivent honneurs et décorations.

Le 9 juin 1945, considérant le comportement exemplaire des pilotes français sur le front soviétique, le maréchal Staline estime qu'il serait injuste de les désarmer. Il leur fait don de leurs avions "Yak 3" qui se poseront le 20 juin au Bourget devant une foule énorme venue les accueillir en héros.

Ainsi se termine l'épopée commencée le 22 mars 1943. Le "Normandie-Niémen" a obtenu 273 victoires confirmées, 37 probables et 47 avions endommagés en 869 combats aériens.

Quatre pilotes ont été élevés à la dignité de "Héros de l'Union Soviétique".

Vingt et un ont été faits Compagnons de la Libération par le général de Gaulle.

Quarante-deux pilotes français sont morts pour la France sur un total de quatre-vingt-dix-sept qui participèrent aux trois campagnes.

Normandie Niemen F-Azim_CSC0383

 

Le F-AZIM fut construit en 1990 sur les plans originaux du Yak-3U.

Il est propulsé par un moteur de 1200CV et peut atteindre 682Km/h.

Normandie Niemen F-Azfj_DSC0344

 

 

F-AZFJ Yack 11  

 

1 commentaire:

  1. Roland Paulze d'Ivoy de la Poype, pilote du régiment de chasse de l'armée de l'air Normandie-Niémen, est mort mardi à Saint-Tropez (Var), à l'âge de 92 ans, a annoncé mercredi 24 octobre la chancellerie de l'Ordre de la Libération. Grand Croix de la Légion d'honneur, Croix de guerre 1939-1945, avec douze citations, et Héros de l'Union soviétique, il était l'un des Compagnons de la Libération les plus décorés.

    Le Monde 24 octobre 2012

    RépondreSupprimer